Quel matériel faut-il mettre en place pour une protectin anti-squat ?

Un squatter est une personne qui prend possession d’une propriété ou d’un local sans l’autorisation ou accord du propriétaire. Après 48 heures, le propriétaire ne peut plus les expulser jusqu’à ce que les squatters décident de partir pour un autre endroit. Un squatter est donc une personne qui ne paye pas de loyer au propriétaire. Il existe deux variantes de squatter. La première représente les personnes qui n’ont pas de logement. L’autre regroupe les militants, qui livrent juste une protestation contre toute forme d’autorité représentative de l’État.

Une porte spéciale

Un des tracas quotidiens de tout propriétaire immobilier est de veiller à ce que son bien ne soit pas investi par une bande de squatters. Il n’a que 48 heures pour réagir et au-delà, daux yeux de la loi, personne ne peut être jetée à la rue sans dérogation judiciaire, une procédure coûteuse et parfois interminable. Mais des mesures anti-squat peuvent très bien être mises en place. Une des solutions est la porte anti-squat. Selon les spécialistes, cette porte représente une alternative assez radicale. De manière simple, les portes sont blindées et à toute épreuve. Les travaux se réalisent avec des artisans spécialisés ou des serruriers certifiés.

La télésurveillance

De plus en plus d’enseignes high-tech proposent en vente libre du matériel de télésurveillance. L’avantage est que ce dernier ne nécessite pas de certification ni heures de stage pour la manipulation, l’installation et les paramétrages se font via la notice ou des tutoriels accessibles à tous. Les plus complexes de l’installation se font par un professionnel. Généralement, ces offres regroupent caméra, boitier d’alarme et télécommande et/ou système d’alerte pour dissuasion, le tout synchronisé à votre smartphone. L’information est transmise en temps réel. Certains modèles proposent l’alerte directe de la police, de la gendarmerie ou d’une agence de sécurité pour intervention immédiate.

Une assurance spécifique

Au risque de squat s’ajoute toute une liste de responsabilisation contre son gré du propriétaire. En effet, selon la loi, tout propriétaire se doit de bien entretenir ses biens immobiliers. Cependant le fait est que les propriétés squatté été soit sur le point de subir des rénovations, des entretiens ponctuels ou de démolition car non habitable. Afin d’éviter de se voir assigner pour mettre autrui en danger, il est utile de se munir d’une assurance spéciale anti-squat. Il s’agit en fait de mesure conservatoire du propriétaire qui le dédommagera du préjudice subi durant la période de squat.

Quelles sont les missions principales d’un rondier dans un chantier ?
Quel type de sécurité choisir sur un site ERP (établissement recevant du public) ?